sexe mp4 xnxx
LE BLOG DU BOL
BIENVENUE SUR
LE BLOG DU BOL
Un lieu de partage bienveillant pour t’accompagner
dans ton parcours vers la céramique.

Un lieu de partage bienveillant pour t'accompagner dans ton parcours vers la céramique.

Des articles

Pour apprendre

Un lexique

sur la céramique

Des formations

Pour s'améliorer

play stylisé pour lebol
DES vidéos

Pour s'inspirer

Des articles

Pour apprendre

Un lexique

sur la céramique

Des formations

Pour s'améliorer

play stylisé pour lebol
DES vidéos

Pour s'inspirer

Faire de la poterie avec la terre de votre jardin

terre poterie jardin

Une création poterie avec la terre de votre jardin !? Je n’avais jamais pris le temps de tenter cette aventure. Vu que j’ai plus de temps ces temps-ci, je me suis dit : « Allez Sarah c’est le moment ! Tu vas prendre un seau et une pelle et tu vas tester TA terre ».

Mes hypothèses

Il faut savoir que j’habite juste à côté de la Garonne. C’est une terre d’alluvion réputée argileuse. Je pense avoir plus de chance d’obtenir de la faïence que du grès ou de la porcelaine. En ce moment je suis a fond dans la poterie faïence donc ça tombe bien !

Pourquoi ma terre ne sera pas de la porcelaine ?

Tout simplement parce qu’elle n’est pas blanche.

Pourquoi ce serait plus de la faïence que du grès ?

La faïence et le grès sont des terres secondaires. Les terres secondaires sont des argiles primaires auxquelles se sont rajoutées des impuretés intégrées lors du parcours des particules d’argile.

La faïence a plus d’impuretés dans sa composition que le grès, c’est pour cela qu’elle se cuit à basse température. Des particules se sont agrégées tout au long de son parcours, plus long que le parcours du grès. On retrouve donc la faïence dans les embouchures de rivière ou à proximité de la mer.

Procédure pour rendre la terre de son jardin utilisable en poterie

On va tester quelle terre de poterie se cache dans mon jardin ! Pour ça, nous allons voir le processus pour pouvoir utiliser la terre et les tests pour trouver ses caractéristiques. Chaque argile de poterie a ses particularités.

Pour la partie cuisson et recherche de la température idéale, j’ai suivi les conseils de Mathieu Lievois de l’école Créamik qui m’a proposé une procédure très complète. Merci Mathieu !

1 – Récupérer la terre

Première étape, creuser la terre assez profond pour ne pas avoir les impuretés de surface (racines, herbes, cailloux).

creuser profond pour éviter les impuretés

Une fois la terre récupérée dans un seau, je l’ai recouverte d’eau pour la ramollir. On laisse l’eau pénétrer entre les particules d’argile.

laisser l'argile dans l'eau

2 – Recycler la terre

J’ai ensuite mélangé la terre et l’eau à l’aide d’un délayeur.

mélanger etrre avec délayeur

Puis il faut passer la terre dans un tamis taille 80.

tamiser la terre de poterie

La terre a besoin de sécher, rien ne vaut une bonne plaque de plâtre.

terre qui seche sur plaque de platre

3 – Qualité de la terre de poterie obtenue

La terre récupérée n’est pas très plastique. Une présence de sable importante doit en être la cause. Cela se remarque aux fissures lors de la réalisation du boudin ou simplement lors du pétrissage de la terre.

fissure sur la terre de mon jardin
fissure sur un boudin de te

4 – Tourner la terre de mon jardin

L’argile est très sableuse et rigide, donc pas évidente à tourner. Je vais tout de même essayer de réaliser des petits bols que j’émaillerai par la suite. L’idée est de faire un petit bol sympa à offrir à mon beau-père qui a grandi dans cette maison.

La terre n’est pas très plastique et se fissure au tournage lorsque les parois sont fines. Voici un petit bol tourné.

petit bol avec la terre de mon jardin

5 – Taux de rétraction de mon argile

Le taux de rétractation de la terre est de :

  • pour la terre crue : 10 cm
  • la terre cuir sec : 9,2 cm
  • la terre cuite à 1020° : 9,2 cm
  • et pour la terre cuite à 1210° : 8,2 cm

Pour la procédure consultez l’article sur le calcul du retrait de la terre.

6 – Faïence ou grès ? Test du vinaigre

Le test consiste à mettre du vinaigre sur la terre séchée mais non cuite. Si on observe un dégazage avec l’ajout du vinaigre, il met en évidence la présence de calcaire dans la terre. En général, on peut conclure que la terre testée est une faïence. En effet, il y a davantage d’impuretés comme le calcaire dans la faïence par rapport au grès.

dégazage du grès test du vinaigre
Dégazage de la faïence au contact du vinaigre
Pas de dégazage au vinaigre sur ma terre
Aucun dégazage sur la terre de mon jardin

Il n’y a pas de dégazage sur la terre de mon jardin, elle n’est donc pas très calcaire. Je suis plutôt en présence d’une terre haute température.

De plus, la terre est rouge et cette couleur démontre la présence d’oxyde de fer. Le fer baisse la température de cuisson de la terre. Serait-ce de la faïence ?

On continue les investigations…

7 – Faïence ou grès ? Cuisson dans un bol en grès biscuité

J’ai un four qui peine à monter à 1280°C, j’ai donc fait cuire ma terre à 1210°C.  L’idée de ce test est de cuire une balle de ma terre non identifiée dans un plat de grès. Ainsi, même si la pièce fond, elle n’abimera pas mes plaques…

Donc je me lance ! Et lorsque j’ai ouvert le four… Rien n’était fondu ! Apparemment, mon argile tient les hautes températures.

cuisson dans un plat de gres

8 – Température idéale de cuisson

En théorie, il faudrait refaire cuire la pièce par pallier de 20°C pour déterminer la température maximale supportée par la terre, c’est à dire 1200°C, 1220°C, 1240°C, etc… Cependant, la puissance de mon four étant limitée, je ne peux pas monter au-dessus de 1210°C. De plus, ces tests de cuisson représentent un coût de cuisson élevé !

9 – Tester la porosité de ma terre

Pour cette expérience je vais faire 2 cuissons sur des échantillons de terre de mon jardin. La première cuisson est à 1020°C, température habituelle pour mes pièces en faïence. Une seconde cuisson est faite à 1210°C. L’idée est de déterminer si ma terre est toujours poreuse ou pas !


Suite à la première cuisson à 1020°C, je réalise deux tests sur mes échantillons :

  • J’ai pris un carré de terre cuit. Je l’ai pesé sur ma balance à émaux. Il pèse 6g. Je l’ai trempé toute la nuit dans l’eau. Le lendemain matin, il pèse 8g. Le carré de terre s’est imbibé d’eau.
  • J’ai mis de l’eau dans un verre. J’ai noté la quantité d’eau avec un trait. Je plonge le carré de terre à l’intérieur et le laisse une nuit. Le lendemain, la quantité d’eau a bien diminué lorsque l’on retire le carré. On retrouve les 2g de plus de notre carré de terre.
test de porosité terre de jardin
On note le niveau avant de mettre la terre
bulle d'air autour de l'argile
On voit de petites bulles d’air autour du carré d’argile, signe de porosité.
fin test de porosité
Après avoir retirer la terre du verre, le niveau de l’eau a baissé.

CONCLUSION : Après une cuisson à 1020°C, la terre est donc toujours poreuse !


Suite à la seconde cuisson à 1210°C, je réalise les deux tests de la même manière sur deux échantillons :

  • Je pèse mon échantillon sur ma balance à émaux. Il pèse 2g. Je le mets à tremper toute la nuit. Le lendemain matin, il pèse toujours 2g. Pas de modification de la masse.
  • Je répète le test du trait d’eau avec l’échantillon cuit à 1210 °C.
test porosité fini a 1210°C
Le niveau de l’eau est le même avant et après immersion de l’échantillon pendant une nuit.

CONCLUSION : Après une cuisson à 1210°C, la terre est imperméable !

[rev_slider alias= »Loc-de-tour » slidertitle= »Location de tour »][/rev_slider]

10 – Évolution de la couleur

couleur-terre-poterie-differentes cuissons

En haut de la photo, la première couleur, plutôt dans le jaune, correspond à la terre non cuite.

Au milieu, le second échantillon tirant sur le orange correspond à la terre cuite à 1020°C.

Le troisième échantillon, la petite boule rouge, correspond à la terre cuite à 1210°C.

On voit l’évolution de la couleur de plus en plus rouge foncé à mesure que la cuisson augmente en température.

11 – Émaillage de la pièce

J’émaille mes pièces avec un émail à grès qui se cuit entre 1200°C et 1250°C. J’ai précédemment fait la cuisson du biscuit de 2 bols, et je tente d’émailler les deux. On croise les doigts…

12 – Résultats

poterie faite avec la terre de mon jardin

Et voici le résultat ! Je n’ai émaillé que l’intérieur et le haut du bol pour faire ressortir la couleur brute de la terre de Plaisance. Et oui, je l’ai baptisé comme ça car c’est notre lieu-dit. Le second bol s’est fissuré ! Comme je vous le disais, la terre se fissure facilement au tournage donc le bol avait probablement une fragilité. Tant pis !

Utiliser sa propre terre pour la poterie : mes conclusions.

Je suis très contente d’avoir enfin pris le temps de tester la terre de mon jardin ! Elle n’est pas facile à tourner, et se fissure vite. Mais j’aime beaucoup la couleur finale de cette terre. Pourtant je partais avec un a priori très négatif, je n’aime pas la terre rouge.

Quel plaisir d’avoir une création faite avec la terre de son propre jardin. Les poteries prennent de suite une valeur plus sentimentale. J’ai offert le bol à mon beau-père qui a grandi sur ce sol et je compte bien faire une série de petits cadeaux avec Ma terre de Plaisance.

Moi qui pensais que c’était de la faïence, je me suis trompée sur toute la ligne ! Je ne sais pas si on peut l’appeler du grès, mais c’est une terre haute température qui est imperméable !

Si vous souhaitez faire de même, n’hésitez pas à partager votre expérience, ce serait top ! Et si certains points ne vous paraissent pas clairs, écrivez-moi un commentaire, je me ferai un plaisir d’en discuter avec vous ! 

Partagez l'article
Pinterest
Facebook
Sarah
Sarah
Passionnée du tournage de poterie, je me suis donné un objectif : vivre de ma passion! Ce blog a pour but de partager avec vous mes recherches, mes réalisations, mes échecs et mes réussites. Bienvenue!
EN LIRE PLUS...
Assiettes céramique

Tous les jeudis j’accueille en live des artistes, céramistes, toujours en lien avec la poterie. Le but est de vous faire découvrir leur parcours, leurs créations,…

La croûteuse en céramique

La croûteuse est un outil très pratique en modelage et particulièrement dans le façonnage à la plaque. Son utilisation représente…

le mouvement Arts and Crafts

Aujourd’hui, le potier n’est plus seulement l’ouvrier tournant à la perfection dans des manufactures. Le potier est un concepteur d’idées,…

couteau décoré au mishima

Dans cet article, je vais te parler du mishima, et de son dérivé, le zōgan. C’est une méthode de décoration…

Le photophore maison de Noël

Les jours commencent à raccourcir, les publicités de Noël font leurs apparition et la calendrier de l’avent va bientôt arriver.…

S’abonner
Notification pour
40 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tous les JEUDIS
Reçois le "Bol d'air", notre bulletin hebdo pour apprendre, découvrir et progresser dans la céramique.
Reçois le "Bol d'air", notre bulletin hebdo .

En fournissant votre email vous acceptez de recevoir la lettre d’info du Bol et vous avez pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement présent dans tous nos emails.

Pour apprendre, découvrir et progresser dans la céramique.

Inscris-toi
ET PROFITE GRATUITEMENT
3 FORMATIONS VIDÉO

– débuter avec les émaux
– les bases de la poterie
– les bases du décor

1 newsletter hebdomadaire
UNE newsletter

pour apprendre, découvrir et progresser dans la céramique