sexe mp4 xnxx
LE BLOG DU BOL
BIENVENUE SUR
LE BLOG DU BOL
Un lieu de partage bienveillant pour t’accompagner
dans ton parcours vers la céramique.

Un lieu de partage bienveillant pour t'accompagner dans ton parcours vers la céramique.

Des articles

Pour apprendre

Un lexique

sur la céramique

Des formations

Pour s'améliorer

play stylisé pour lebol
DES vidéos

Pour s'inspirer

Des articles

Pour apprendre

Un lexique

sur la céramique

Des formations

Pour s'améliorer

play stylisé pour lebol
DES vidéos

Pour s'inspirer

Le kintsugi

Le Kintsugi est l’art de la réparation, embrassant la perfection dans l’imperfection.

Une fissure sur nos pièces n’est pas forcément un drame. Au contraire, cela peut être le début d’une belle aventure. C’est là que le Kintsugi, un art traditionnel japonais, prend tout son sens. Kintsugi, qui signifie littéralement « jointure en or », transforme les cassures en art, offrant ainsi une nouvelle vie et une nouvelle beauté aux pièces endommagées.

Histoire

Le Kintsugi est né au Japon au XVe siècle. La légende raconte qu’il a été inventé quand le shogun Ashikaga Yoshimasa a envoyé une pièce de céramique chinoise pour être réparée en Chine. Insatisfait de la réparation, il a encouragé les artisans japonais à trouver une solution plus qualitative. Ils ont ainsi développé cette technique qui non seulement réparait l’objet, mais le magnifiait, transformant les fractures en de fines veines d’or.

Si le Japon et sa philosophie appliquée à la céramique te plaisent, je te conseille de lire cet article sur le mishima.

Philosophie et Symbolisme

Yee Sookyung

Au cœur du Kintsugi se trouve une philosophie profonde qui embrasse les imperfections et la fugacité des choses. Inspiré par les principes du wabi-sabi, le Kintsugi enseigne que la beauté réside dans les imperfections et les marques laissées par le temps. Comme chaque cicatrice est unique, elle est célébrée plutôt que cachée. Cette technique prône la résilience et la beauté de la guérison. Ce n’est pas seulement la réparation physique d’un objet. On voit aussi une restauration spirituelle et émotionnelle.

Le Kintsugi sert de rappel. La fracture et la guérison font partie intégrante de notre histoire. Il encourage une réflexion sur nos propres blessures et sur la façon dont nous pouvons les intégrer dans notre parcours pour devenir plus forts et plus beaux 😉 Comme dans le Kintsugi, où l’or remplit et embellit les fissures …

Le Kintsugi est souvent cité comme une métaphore puissante pour la guérison et la reconstruction personnelle après un traumatisme ou une épreuve.

Kintsugi dans la Culture Moderne

pièce réparée

Le Kintsugi va au-delà des frontières de la céramique. Il s’est intégré dans divers aspects de la culture moderne. Voici quelques artistes contemporains utilisant le kintsugi

  1. Iku Nishikawa : Basée au Royaume-Uni, Nishikawa est reconnue pour ses ateliers de Kintsugi et son engagement à préserver cette forme d’art traditionnelle.
  2. Yee Sookyung: Artiste sud-coréenne qui a interprété le Kintsugi de manière contemporaine, en créant des sculptures uniques à partir de fragments de céramique rejetés.
  3. Humade (Amsterdam) : Bien qu’ils ne soient pas des artistes de Kintsugi à proprement parler, Humade a créé un kit de Kintsugi qui a popularisé la technique en Occident, permettant aux amateurs d’expérimenter cette méthode de réparation.
  4. Bonnie Kemske: Auteure de « Kintsugi: The Poetic Mend », elle a largement contribué à la diffusion et à la compréhension du Kintsugi dans le monde occidental.

Matériel nécessaire

Pour pratiquer le Kintsugi, il est essentiel de disposer du bon matériel. Comme le souligne Nicolas Pinon, l’élément principal est la laque végétale, ou « Urushi« , une résine naturelle extraite d’un arbre spécifique au Japon. Cette laque est utilisée pour lier les pièces cassées et pour l’application de la poudre d’or. Voici une liste du matériel de base :

  1. Laque Urushi : Utilisée pour la réparation et la finition.
  2. Poudre d’or, d’argent ou de platine : Pour le revêtement des jointures et l’embellissement.
  3. Farine de riz ou de blé : Mélangée à la laque pour créer une colle robuste.
  4. Terre spéciale du Japon : Utilisée pour les rebouchages et nivellements.
  5. Pinceaux fins : Pour l’application précise de la laque et de la poudre métallique.
  6. Plaque de verre et outils de mélange : Pour préparer et mélanger les composants.
  7. Eponge humide et contenant étanche : Pour créer un environnement humide nécessaire au séchage de la laque.
  8. Papier de verre et outils de polissage : Pour finir et polir la surface réparée.

Certains kits en ligne sont supers pour débuter et découvrir le kintsugi. Cependant, si tu veux te lancer dans le kintsugi de manière professionnelle, tu devras inverstir dans ce matériel traditionnel.

Étapes du Procédé de Kintsugi

cours kintsugi
kintsugioxford

Le processus du Kintsugi est un art méticuleux qui se déroule en plusieurs étapes :

  1. Préparation et Nettoyage : Avant de commencer, il est important de nettoyer soigneusement les pièces cassées. Toute trace de poussière ou de graisse peut empêcher une bonne adhésion.
  2. Collage des Morceaux : Les pièces sont d’abord soigneusement recollées en utilisant la laque Urushi mélangée à de la farine. Cette étape nécessite de la précision et de la patience.
  3. Rebouchage et Nivellement : Une fois que la colle a séché, mélange de la laque et de la terre pour combler les trous ou pour niveler les surfaces inégales. Cette étape est cruciale pour assurer la durabilité de la réparation.
  4. Application de la Laque Noire : Après le rebouchage, une couche de laque noire est appliquée pour imperméabiliser et préparer la surface pour la finition finale.
  5. Application de la Laque Rouge : Sur la laque noire, une couche de laque rouge est appliquée. Cette couleur différente aide à distinguer la couche finale.
  6. Saupoudrage de la Poudre Métallique : Alors que la dernière couche de laque est encore humide, la poudre d’or (ou d’argent/platine) est délicatement appliquée sur la zone de réparation. Cette étape est ce qui donne au Kintsugi son aspect caractéristique et magnifique.
  7. Séchage et Polissage : Les objets réparés sont ensuite laissés à sécher dans un environnement humide, comme une boîte fermée avec une éponge humide. Une fois sec, l’objet peut être soigneusement poli pour enlever tout excès de matériau et révéler l’éclat de la réparation.

Chaque étape demande de la précision, de la patience et du temps. Nicolas Pinon rappelle que la réalisation d’un Kintsugi demande du temps. Elle nécessite plusieurs jours, voire semaines, en fonction du temps de séchage et de la complexité de la pièce.

Quelles pièces peuvent être réparées avec le kintsugi ?

Pratiquement toutes les céramiques peuvent être restaurées par cette technique, mais certaines caractéristiques font que c’est plus ou moins facile.

  1. Grès : Les pièces en grès se prêtent bien à la restauration Kintsugi. Elles se cassent généralement en morceaux nets et sont suffisamment poreuses pour permettre une bonne adhésion de la laque. De plus, leur structure non vitrifiée rend les réparations plus esthétiques et faciles à effectuer.
  2. Porcelaine Fine : Bien que la porcelaine puisse être réparée par le Kintsugi, Nicolas Pinon souligne que la finesse et la faible surface de collage de certaines porcelaines rendent le processus plus complexe. Cela est particulièrement vrai pour les tasses fines ou les pièces délicates, où la surface de collage est limitée.
  3. Céramiques Émaillées Brillantes : Ces céramiques sont plus simples à réparer car l’émail crée une surface imperméabilisante qui empêche la laque de pénétrer dans la céramique. Le nettoyage et le polissage sont plus faciles. Le processus de restauration plus propre et plus net.
  4. Faïence et Autres Terres Poreuses : Ces types de terre posent problème à cause de leur porosité. Comme l’explique Nicolas Pinon, la laque peut diffuser dans la matière, créant des halos ou des taches autour des réparations. Dans ces cas, des techniques spéciales, comme l’application préalable d’une couche isolante, peuvent être nécessaires pour un résultat optimal.

Attention si tu répares des pièces alimentaires avec des matériaux non comestibles, comme les colles époxy. La laque végétale utilisée dans le Kintsugi traditionnel est comestible et donc adaptée à la réparation de vaisselle et autres objets utilisés pour manger ou boire.

Interview de Nicolas Pinon

Son parcours vers le kintsugi

Nicolas Pinon, est un spécialiste reconnu dans le Kintsugi et la laque végétale. Il a suivi un un beau chemin qui l’a mené du métier d’ébéniste en France à celui de laqueur.

Déterminé à maîtriser cette technique, Nicolas Pinon est allé se former au Japon. Son objectif est d’apprendre l’art de la laque auprès de maîtres artisans. Sur place, il se forme auprès d’ un ancien professeur des beaux-arts de Tokyo, ayant son propre atelier.

Sa formation porte sur le maniement et l’application de la laque, mais aussi sur la compréhension culturelle. Il en a retiré un énorme savoir-faire. Les barrières linguistiques étaient là, mais la transmission du savoir-faire s’est fait largement par l’observation et la répétition des gestes.

Le retour en France n’a pas été facile, cependant, il n’a jamais abandonné. Avec le temps, sa persévérance a porté ses fruits. Il a pu ouvrir un atelier dédié à la laque végétale à Paris. Aujourd’hui, il est reconnu comme un spécialiste dans ce domaine, notamment grâce au prix Bettencourt. Il donne aussi de nombreux stages. Si ce sujet vous intéresse foncez !

Partagez l'article
Pinterest
Facebook
Sarah
Sarah
Passionnée du tournage de poterie, je me suis donné un objectif : vivre de ma passion! Ce blog a pour but de partager avec vous mes recherches, mes réalisations, mes échecs et mes réussites. Bienvenue!
EN LIRE PLUS...
Devenir céramiste professionnel

Etre céramiste professionnel est différent du fait d’être potier amateur. Ce n’est pas les compétences qui sont jugées ici, c’est…

Céramiste à Berlin

Tous les jeudis j’accueille en live des artistes, céramistes, toujours en lien avec la poterie. Le but est de vous faire découvrir leur parcours, leurs créations,…

Le kintsugi

Une fissure sur nos pièces n’est pas forcément un drame. Au contraire, cela peut être le début d’une belle aventure.…

L’ ergonomie du potier

Lorsque l’on débute la poterie, on se rend compte que l’ergonomie est primordiale. Avoir une bonne position face au tour…

Le travail de Jacques Monneraud

Tous les jeudis j’accueille en live des artistes, céramistes, toujours en lien avec la poterie. Le but est de vous faire découvrir leur parcours, leurs créations,…

Assiettes céramique

Tous les jeudis j’accueille en live des artistes, céramistes, toujours en lien avec la poterie. Le but est de vous faire découvrir leur parcours, leurs créations,…

S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Tous les JEUDIS
Reçois le "Bol d'air", notre bulletin hebdo pour apprendre, découvrir et progresser dans la céramique.
Reçois le "Bol d'air", notre bulletin hebdo .

En fournissant votre email vous acceptez de recevoir la lettre d’info du Bol et vous avez pris connaissance de notre politique de confidentialité. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien de désabonnement présent dans tous nos emails.

Pour apprendre, découvrir et progresser dans la céramique.

Inscris-toi
ET PROFITE GRATUITEMENT
3 FORMATIONS VIDÉO

– débuter avec les émaux
– les bases de la poterie
– les bases du décor

1 newsletter hebdomadaire
UNE newsletter

pour apprendre, découvrir et progresser dans la céramique