Guide du moulage en céramique

Moi qui n’utilisait que le tournage pour mes poteries, je m’ouvre aujourd’hui à d’autres techniques dans ma pratique de la céramique : le moulage et le coulage. Je me suis intéressée à ces pratiques en découvrant la formation de Juliette Vivien, et je pense que, débutant ou confirmé, nous avons tous à gagner à connaître ces techniques simples mais très efficaces.

Sommaire

Une définition du moulage en céramique

En céramique, la technique du moulage s’accompagne inévitablement du coulage. Le principe est le suivant.

A partir d’une pièce existante que l’on souhaite reproduire (notre modèle), on réalise un moule en plâtre. Ce moule en plâtre va former un contenant dont la forme intérieure sera conforme à notre modèle. C’est l’étape du moulage.

On va ensuite couler de l’argile liquide, la barbotine, dans le moule. Après un temps de séchage défini, on évacue le surplus de barbotine. C’est l’étape du coulage.

Puis on défait notre moule, conçu dans cette optique, pour récupérer notre pièce fraîchement coulée, identique à notre modèle. C’est le démoulage.

Principe moulage céramique

A qui s’adresse la technique du moulage – coulage ?

La technique du moulage céramique s’adresse à 2 catégories de céramistes bien distinctes.

Le moulage – coulage peut intéresser les céramistes professionnels pour les raisons suivantes :

  • Le moulage permet de réaliser des pièces en série, parfaitement identiques.
  • On gagne du temps dans la réalisation des pièces et on se dégage du temps pour les décors.
  • On peut concevoir des pièces difficiles à modeler ou à tourner.

Mais ces techniques s’adressent aussi aux débutants en céramique pour plusieurs raisons :

  • Elles permettent de s’épanouir dans les décors en réalisant simplement et rapidement les formes de notre choix. Et même des formes complexes, à priori inaccessibles aux débutants !
  • On évite la difficulté à acquérir le savoir faire de conception, en tournage notamment.
  • Pas de cours près de chez vous ? Pas de tour de potier à la maison ? Aucun souci, un moule en plâtre et c’est parti !
  • Pas de gros investissements : un sac de plâtre, quelques outils, un peu de savoir-faire et notre premier moule voit le jour.
Créations moulées de Benjamin Hubert

Inconvénient du moulage – coulage en céramique ?

Avec le moulage, tu ne joues pas avec la terre à consistance cuir. Tu ne peux pas la pétrir, la malaxer… Je ne pense pas que tu puisses y trouver l’apport thérapeutique du travail de la terre.

Cependant le moulage t’ouvrira des horizons qui peuvent te paraître loin en tant que débutant dans la céramique car il te rendra accessible des formes complexes. De plus, si ce que tu aimes c’est dessiner et décorer tes pièces, le moulage est fait pour toi !

Le vocabulaire du moulage / coulage

Dépouille : inclinaison sur la paroi d’une pièce céramique ou d’un moule en plâtre favorable au démoulage.

Contre-dépouille: inclinaison sur la paroi d’une pièce céramique ou d’un moule en plâtre qui rend impossible le démoulage direct.

Ligne de dépouille: ligne qui délimite les zones en dépouille et en contre-dépouille d’une pièce.

Tenon : partie mâle d’une pièce destinée à se placer dans la partie femelle d’une autre pièce (mortaise). 

Mortaise : partie femelle d’une pièce destinée à se placer dans la partie mâle d’une autre pièce (tenon).

Modèle : objet sur lequel nous nous sommes basés pour réaliser les parties du premier moule. Attention, il doit être plus grand que la pièce finale désirée, car nous devons prendre en compte le retrait de la terre coulée.

Premier moule = faux moule : moule prototype. Il permet de tester les premières pièces. Nous nous en servirons ensuite pour réaliser les mères de moules.

Mère de moules : moule qui permet de dupliquer les différentes parties des moules de production. En gros, ce sont les moules des moules.

Moules de production : ceux sont les moules utilisés au quotidien pour réaliser les pièces.

Thixotropie : propriété par laquelle la viscosité des fluides augmente lorsqu’on les laisse au repos quelques temps. Ces liquides redeviennent ensuite plus fluides en les remuant.

Comment organiser un atelier de moulage / coulage céramique ?

Si tu as un atelier de céramique pour tourner ou modeler il va falloir te créer un coin séparé pour le moulage – coulage car le plâtre et la terre ne font pas bon ménage. De plus, la terre de coulage et la terre “classique” n’ont pas les mêmes propriétés de déformation, il ne faut pas les mélanger !

Ces activités demandent des espaces dédiés séparés. Voici quelques éléments indispensables à ton atelier de moulage.

Espace pour poser les moules en plâtre

Lorsque l’on travaille les moules, il faut de la place pour manipuler les moules et les stocker. Pour le coulage, il te faudra une grande table si ton atelier le permet. Et si ton atelier est un peu petit, tu peux prendre une table pliante qui tu prendra moins de place une fois le coulage terminé.

Des seaux

Des seaux solides qui se ferment bien seront nécessaire pour stocker ta barbotine de coulage, ton plâtre en poudre, ta terre de coulage…

Un délayeur

Un mélangeur à peinture ou un délayeur serviront à mélanger ta barbotine de coulage.

Une table de coulage

Si tu te lances dans la fabrication de nombreux moule, tu peux te procurer ou te fabriquer une table de coulage. Elle permet de poser ton moule dessus, couler ta pièce puis récupérer ta barbotine de coulage dans une cuve. Un gain de temps ! En plus tu peux laisser ton moule se vider tout seul !

Fabriquer un moule en plâtre

Une fois le modèle choisi ou une première pièce réalisée, il faut fabriquer le moule en plâtre qui servira à la reproduire. Il existe plusieurs types de moules en fonction de la forme de la pièce et leur réalisation peut s’avérer plus ou moins complexe.

Si tu souhaites en savoir plus sur leur fabrication, tu peux lire mon article dédié aux moules en plâtre ou suivre la formation dédiée dans l’Atelier du Bol qui te permettra d’acquérir toutes les connaissances pour fabriquer tes moules de manière autonome.

moule-en-platre-avec-anse

Apprendre le Moulage / Coulage dans l’Atelier du Bol

Pour maîtriser le coulage, rien de mieux que les conseils d’une pro ! Jette un œil à la formation de Moulage / Coulage de Juliette Vivien et rejoins les milliers de membres de l’Atelier du Bol, une plateforme unique qui propose des formations gratuites et payantes pour débuter ou progresser dans la céramique.

Quelle terre utiliser pour le coulage ?

La terre utilisée pour le coulage n’est pas la terre classique que nous utilisons pour le modelage, la sculpture ou le tournage.

La terre de coulage peut être conditionnée en poudre à laquelle il faut ajouter de l’eau, ou directement en barbotine prêt en l’emploi. La barbotine te coûtera plus cher. Dans tous les cas, la terre de coulage doit être liquide

Beaucoup m’ont demandé s’ils pouvaient couler de la barbotine de terre classique ? Dans l’absolu, oui. Cependant, de part les propriétés de la terre, nous nous exposons à de grandes déformations. De même, si vous utilisez de la terre de coulage recyclée, les pièces coulées se déformeront.

Matériel nécessaire pour le coulage

  • terre de coulage
  • bidon solide
  • tamis
  • pinceau
  • vinaigre blanc
  • 2 tasseaux
  • 1 seau
  • pot de yaourt ou bol
  • minuteur (ou téléphone)
  • tournette (optionnel)
  • aiguille de potier ou couteau à bout pointu

Préparer sa terre de coulage

Lorsqu’on prépare sa terre pour le coulage, il faut faire attention à 3 paramètres :

  • la densité 
  • la viscosité 
  • la thixotropie

La densité : doit être élevée

La densité de la barbotine de coulage doit être entre 1700g/litre et 1800g/litre. Pour vérifier la densité, il te suffit de prendre 1 litre de barbotine de coulage et de la peser. Tu réajusteras la densité en ajoutant du défloculant si la densité est trop importante ou du floculant si la densité est trop faible. Consulte le tuto sur la densité de l’émail, le principe est le même.

la viscosité : doit être faible

La viscosité doit être faible pour que la barbotine de coulage s’écoule rapidement dans les recoins du moule et prenne bien les détails de la forme. La barbotine de coulage contient un défloculant qui permet à la barbotine de ne pas être trop visqueuse malgré une faible proportion d’eau.

la thixotropie : doit être moyenne

La thixotropie de la barbotine de coulage est sa propriété à se figer lorsqu’on la laisse au repos quelque temps et redevient plus fluide en la remuant. Elle doit être moyenne pour que la barbotine puisse s’écouler facilement une fois le temps de prise écoulé.

Pièces coulées de Pia Van Peteghem

Recette d’une barbotine de coulage

 Selon le Grand Livre de la Céramique de Louisa Taylor :

  • Terre de coulage en poudre 50 kg
  • Silicate de sodium 60g
  • Carbonate de sodium 25g
  • Eau 5L

Verser l’eau dans une délayeuse ou un grand bac. Pèse le silicate et le carbonate de sodium puis dissolvez-les dans l’eau chaude. Ajoutez ce mélange dans un grand seau et incorporez la terre en petite quantité. Mélangez avec un mélangeur à peinture ou un délayeur. Laisser reposer la barbotine 1 nuit.

Tu peux faire ta barbotine de coulage selon cette recette, ou une autre recette. Tu peux aussi l’acheter prête à l’emploi.

Les défloculants : éléments utiles de la barbotine de coulage

Rôle du défloculant :

  • Abaisser la viscosité de la barbotine
  • Les pièces coulées ont moins de retrait car moins d’eau évaporée
  • Le moule s’use moins vite

Les défloculants utilisés:

  • Carbonate de soude / sodium
  • Silicate de soude / sodium

La quantité ajoutée à la barotine de coulage est très faible pour éviter de figer la barbotine.

Une astuce déco utilisée en coulage

Si tu veux colorer ta pièce coulée en surface, fais couler de la barbotine colorée dans le moule avant de le remplir avec la barbotine de coulage. Ta pièce sera ensuite colorée à certains endroits.

Tu peux aussi utiliser de la barbotine colorée en incorporant à ta barbotine environ 10% de colorant. Le pourcentage de colorant dépend du rendu plus ou moins vif que tu souhaites obtenir ainsi que du pouvoir colorant du colorant.

tasse moulage céramique juliette vivien
Association de tournage et de coulage – Juliette Vivien

Les problèmes rencontrés lors d’un moulage de céramique

Problème 1: La pièce ne se démoule pas

  • ta pièce a une contre-dépouille.
  • le moule est trop usagé.

Problème 2 : La barbotine de coulage est difficile à vider

  • ta barbotine est trop visqueuse ou trop floculée. Ajoute du défloculant.

Problème 3 : La prise de la barbotine prend trop de temps

  • il y a trop d’eau dans la barbotine.
  • la thixotropie est trop faible.

Problème 4 : Jointures du moule trop visibles

  • le moule est mal assemblé.
  • il reste de la barbotine de coulage du précédent coulage.

Problème 5 : Grumeaux dans la barbotine de coulage

  • La pâte n’est pas assez mélangée.
  • il n’y a pas eu de tamisage.
  • il reste de la barbotine dans le moule.
Créations moulées de Jean Marc Fondimare

Et voilà ! On a fait le tour des grands principes du moulage / coulage. Je te conseille de lire l’article sur les moules en plâtre utilisés en céramique si tu veux approfondir ce point. Je suis sûre que tu sauras tirer partie de cette technique dans ta pratique de la céramique. En tout cas, moi je m’y mets ! 😉

2 Comments

  1. Mél Karkom septembre 10, 2021 at 12:13

    Purée, j’ai du bol de vous lire très chère équipe du bol. Merci pour vos articles sont au topsi bien rédigés, pédagogiques et accessibles… Parfait! Merci 🙏

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.