Mon bilan de l’année 2020

Cette fin d’année 2020 est déjà là. Le vent souffle fort dehors. Assise au coin du feu, je prends le temps de vous écrire un billet de fin d’année.

Avant tout, je voulais vous remercier d’être de plus en plus nombreux à lire ce blog. Ça fait chaud au cœur. Vos retours sont vraiment bienveillants et positifs, ils me donnent l’envie de continuer. Promis, cette année je ferai attention aux fautes d’orthographe et de ponctuation ! 😉

La liste de nos envies

La fin d’année est ma période préférée pour me poser et faire un point sur ma vie. Le temps passe vite : une vie de jeune maman (plus si jeune d’ailleurs) avec pleins d’idées en tête ne laisse pas beaucoup de place à la réflexion. Avant chaque nouvelle année, je prends le temps de faire la liste des choses que j’aimerais faire, des objectifs que j’aimerais atteindre, des personnes que je veux revoir ou des bons moments à passer. En fin d’année, je reprends cette liste et je fais le bilan. Je te conseille de prendre cette petite habitude qui a le chic de remettre sur les rails. La vie nous embarque parfois sur des chemins que l’on ne souhaite pas emprunter.

Pour cette année 2020, la liste contenait de nombreux points non cochés. Aller dans des festivals de musique, partir en voyage au soleil, et d’autres envies d’aventure. Comme tu peux le voir, mes envies nécessitent une grande liberté de mouvement ! Dommage pour moi… Mes enfants ont aujourd’hui 4 et 5 ans. Les voyages et les sorties impromptues s’étaient taris avec leur naissance. Aujourd’hui, je recommence à avoir un peu de temps pour moi. Je me retrouve en tant que moi, Sarah, et non seulement en tant que mère. Cette nouvelle liberté s’offrait à moi mais 2020 en a voulu autrement… Je ne suis pas sûre que 2021 me permettent d’assouvir ces envies. Elles font tout de même partie de la liste, peut être suis-je suis un peu trop naïve et optimiste ?

Ma pratique

Concernant la poterie, l’année 2020 a représenté un grand pas pour moi. Le premier confinement a été bénéfique car mon travail d’audioprothésiste a était stoppé et les cours que je donne, arrêtés. Résultat : j’ai pu me consacrer à fond à la pratique de la poterie ! J’ai continué à tourner, je me suis exercée à faire des séries et à gagner en régularité. La recherche d’émaux m’a pris du temps, temps que je n’avais jamais pu m’accorder jusqu’ici. Ces recherches de couleurs m’ont beaucoup plu, elles ont accouchées de 3 couleurs pastels vert, bleu et rose qui ont défini ma collection. Pour faire ces recherches, le livre des Couleurs de Sarah, de Sarah Lavoine, m’a permis de trouver les bons ajustements.

L’Atelier du Bol

J’ai ensuite passé beaucoup beaucoup de temps à préparer les formations de l’Atelier du Bol. J’ai relu de nombreux bouquins pour essayer de raconter le moins de bêtises possibles. De nature très scolaire, le fameux syndrome de l’imposteur me colle à la peau. Il faut donc que je connaisse le maximum de choses pour me rassurer. Le fait de me filmer pour les vidéos m’a beaucoup appris. Leur analyse a mis en avant tous mes gestes inutiles ! Ce beau projet a été long et dur, plus que prévu ! Je reprends quelques forces pour en commencer une autre qui verra le jour à l’été ou l’automne prochain.

Ces formations m’ont permis de dépasser certaines de mes barrières : ma peur du regard des autres et mon manque de confiance en moi.

Allier travail et famille

Et où est-ce que je cachais mes enfants pendant tout ce temps ? Ils étaient là, et ils gambadaient. Le fait d’être 2 à la maison m’a permis de travailler très tôt le matin, jusqu’à midi environ, d’être avec mes enfants l’après-midi et de retravailler un peu le soir une fois les petits couchés… Un rythme soutenu ! Je me suis mise entre parenthèse pendant quelques mois, ça a été un sacrifice pour mener à bien le projet de l’Atelier.

Mes créations

2020 m’a offert mes premières opportunités d’exposition de mes pièces. Le regard des autres est une vraie épreuve. Les retours furent positifs et j’en tire de belles leçons sur mon travail de céramiste. Par exemple, je ne prendrai plus de petites commandes de pièces non faites. Mes émaux ne sortant jamais pareils après les cuissons, j’ai été très inquiète de savoir si mes pièces plairaient aux futurs acheteurs. L’organisation de ma production en sortira améliorée. Je n’avais pas préparé assez de pièces, car je ne pensais pas vendre au vu du contexte sanitaire… Et j’ai finalement été surprise. Mais pour alimenter le stock, avec le temps maussade et humide, les pièces ne séchaient pas ! Une vraie course contre la montre ! Il faudra donc que je me prépare un stock de pièces biscuitées, car pour l’émail nous ne sommes pas dépendants des conditions météorologiques. Il ne me reste plus qu’à peaufiner mon tampon pour la prochaine collection…

Objectif CAP

Et pour finir le bilan, en 2020, j’ai débuté une formation auprès de Grégoire Scalabre pour préparer le CAP de tournage en Juin prochain. Me rendre chaque mois sur Paris est fatigant, mais j’apprends beaucoup, surtout en dessin technique. Je reviens toujours avec 1001 idées de pièces à réaliser ! Pour l’instant, je ne vous parle pas de cet apprentissage car j’ai déjà assez de pression en solo pour l’obtention de ce CAP. Mais promis, quand j’aurai fini, je partagerai mes impressions sur les formations à distance et sur les prérequis du CAP.

Une année pas comme les autres pour toute la famille

Mes enfants grandissent, je les adore, une vraie maman louve. Souvent je les regarde en espérant garder les moments tels qu’ils sont… Cette année de covid a été dans l’ensemble plutôt bonne pour eux. Aucun des 2 n’aime l’école, la rupture avec l’école pour le confinement leur a fait beaucoup de bien. Une question m’a travaillé : l’intérêt de l’école à la maison. Mais au final non. J’ai trop besoin de temps pour moi. Si je ne le fais pas je serais beaucoup moins patiente avec eux. Par contre, ce p***** de covid modifie leur relation aux autres. Eux qui ne sont tactiles qu’en famille, deviennent encore plus distants du reste de la planète. Ils en sont très contents car ils n’ont pas à toucher les autres, à faire des bises ou à prendre des gens dans les bras. Mais quel impact aura cette distanciation sociale sur la personnalité de nos enfants ?

Au final je dirais que 2020 a été une année très intense, bien remplie et plutôt bonne pour moi. J’ai comme tout le monde eu mon lot de déception et de coups durs… Dans l’ensemble, je me trouve chanceuse de pouvoir mener à bien mes projets, de pratiquer ma passion et de vivre auprès de ma petite famille que j’adore.

Et pour 2021 quoi de prévu ?

Concernant mes créations, je vais basculer sur le grès cette année pour plus de solidité des anses. Justement, mon premier four de grès est lancé ! Mon vieux four supportera-t-il toujours la haute température ? Je croise les doigts. Par contre, je suis bonne pour repartir dans ces recherches de coloris !!!

J’aimerais préparer une formation sur l’émail, obtenir mon CAP, proposer un site internet pour vendre mes pièces et participer à l’émergence d’un tour de potiers innovant… Je vous en reparle très vite !

Espérons que la covid nous fiche la paix pour pouvoir repartir au resto en amoureux et reprendre une vie avec des loisirs !

Et pour mon travail d’audioprothésiste ? Peut-être que j’arriverai, en Septembre prochain, à le quitter. Oser l’incertitude d’un salaire variable pour un mode de vie plus doux… (j’espère que ma chef ne lira pas ce billet)

Je vous souhaite une belle année à tous, remplie de découverte, de créativité et de simplicité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.